Les principes des substituts nicotiniques

Il existe actuellement plusieurs façons d’aider les gens qui envisagent d’arrêter de fumer, et cela comprend les substituts nicotiniques. Ce sont des produits qui aident ces derniers à lutter contre le manque. Ils font partie des alternatives de références pour arrêter la prise de tabac, par leur manière d’atténuer le sentiment de manque, dû à une baisse considérable de l’apport en nicotine, pas seulement pour l’organisme, mais surtout au cerveau. Une sensation que la personne peut subir tout au long du sevrage. Un fumeur qui n’hésite pas à suivre un traitement à long terme, par la prise de substitut nicotinique, peut améliorer ses chances d’aboutir son sevrage. La consultation d’un médecin reste toutefois nécessaire pour bien gérer ce traitement nicotinique.

Des moyens simples mais qui demande de la volonté

Cela fait maintenant plus de 20 ans que les substituts nicotiniques sont proposés sur le marché, et a déjà pu aider plusieurs fumeurs à sortir de la dépendance au tabac.

On découvre actuellement plusieurs sortes de substituts nicotiniques, tels que la gomme à mâcher à la nicotine, le patch, la pastille, et l’inhalateur de nicotine.

Il faut aussi savoir que, comme toute chose, ces substituts présentent bien des avantages et des inconvénients en ce qui leur concerne.

Les avantages avec ces produits, c’est qu’ils n’entrainent pas de dépendance, et aide à se détacher progressivement de la nicotine, grâce aux nouvelles sensations qu’ils offrent. Ces substituts n’influencent pas non plus les risques cardio-vasculaires, et n’imposent pas de contre-indications, hormis les cas d’allergies. Toutefois, leur prise est déconseillée chez une femme enceinte.

La prise d’un substitut nicotinique empêche également la nicotine de passer par les conduits pulmonaires pour atteindre les poumons.

Très pratique pour se débarrasser de la nicotine, les substituts nicotiniques restent cependant coûteux. Sans oublier que ce sont des produits qui devront être pris avec un traitement strict. En cas de sous-dosage, le fumeur pourra vite ressentir des signes de manque.

Le surdosage n’est pas également recommandé, pour la simple raison que les produits peuvent engendrer des effets secondaires, comme les vertiges, les nausées et les maux de tête.

La cigarette électronique : Un traitement plus douce

Pour appréhender un traitement encore plus doux, on peut également envisager la cigarette électronique, tel qu’on peut le voir ici. C’est également un produit anti-tabac, qui cherche à simuler l’acte de fumer, tout en se mettant à l’abri des risques provoqués par la nicotine. Si un fumeur n’arrive pas à contrôler son sevrage par l’intermédiaire de ces substituts nicotiniques, l’e-cigarette est une autre alternative adaptée, qui peut lui aider à se détacher progressivement de la prise de tabac.

Ce petit gadget électronique a même lancé une nouvelle mode auprès du public fumeur, en leur offrant l’opportunité de personnaliser soi-même, la prise et le goût du tabac.

Pas de commentaires

Commentaires sont fermés.