Comment choisir un appareil auditif?

La dégradation des facultés auditives est devenue un véritable phénomène de société en France. Avec plus de 5 millions de cas et encore, les chiffres ne cessent de croître alors que les causes sont très variables si bien que la science peine à déceler les différents mécanismes responsables de la perte d’audition. Quoi qu’il en soit, les solutions pour corriger les troubles sont maintenant mises au point et parmi celles-ci figure l’appareil auditif, l’alternative la mieux accessible pour compenser le déficit.

Une aide auditive pour quel degré de déficience ?

L’altération des fonctions auditives se présente en effet sous plusieurs formes. Congénitale, lorsque dès la naissance le sujet est touché. Dans ce genre de cas, on a plutôt affaire à une malformation auriculaire qui fait que les cellules et les organes responsables de l’ouïe ne fonctionnent pas correctement.

Mais encore, la surdité peut être acquise et de nombreux facteurs peuvent en être l’origine. L’exposition prolongée aux sons amplifiés, par exemple, qui cause la perte auditive chez les moins de 25 ans. Sinon, nous avons des déficits occasionnés par le vieillissement ou la disparition des cellules sensorielles dans l’oreille, entrainant la baisse progressive de l’audition. Ici on parle plutôt de presbyacousie, une altération qui concerne généralement les seniors.

Les différents critères à prendre en compte

En tous les cas, la déficience quand elle est sévère c’est-à-dire que lorsque le seuil d’audition est supérieur à 70 décibels, la dégradation est irréversible et pour y remédier, l’appareil auditif semble être la solution la plus proche. À propos, seul le médecin otorhinolaryngologiste est en mesure de déterminer si le patient doit porter un appareillage, et ce, à l’issu de bilans auditifs approfondis. Une fois la prescription effectuée, le patient devra se tourner vers un audioprothésiste pour que celui-ci identifie le produit qui soit le mieux adapté au degré de surdité diagnostiqué.

Par ailleurs, certaines variables entrent en jeu quant au choix de l’appareillage. Déjà, il faut qu’il soit accommodé au quotidien du patient et des variations sonores auxquelles il sera régulièrement exposé. Après, il ne faut pas non plus transiger sur le confort d’écoute en prenant effectivement compte de l’adaptation du produit au conduit auditif, et ce, afin d’éviter les réactions allergiques et les autres formes d’intolérance.

Au final, un autre critère et pas des moindres est le prix d’acquisition du produit qui doit toujours se faire dans le raisonnable. Sur le sujet, bien que les aides high-tech fassent fureur sur le marché, on peut toujours trouver sur internet un appareil auditif pas cher, mais qui soit performant et pratique.

Pas de commentaires

Commentaires sont fermés.