Tumeurs bénignes de la glande surrénale, dois-je m’inquiéter ?

Photo Credit: chntrkylmz Flickr via Compfight cc

Les tumeurs dites bénignes de la glande surrénale sont des masses qui ne sont pas cancéreuses. Pathologies curatives et ne mettant pas la vie en danger du patient, ces tumeurs n’envahissent pas les tissus environnants ni ne se propagent à d’autres parties du corps. Elles ne forment donc pas de métastases. La plupart des tumeurs surrénales sont bénignes : elles n’ont aucun symptôme et ne nécessitent pas de traitement. Toutefois, il peut arriver que les tumeurs surrénales fonctionnelles (des tumeurs produisant une quantité excessive d’hormones) puissent aussi causer des complications. Dans ces cas, le traitement des tumeurs peut inclure la chirurgie ou les médicaments. Aperçu sur leur symptomatologie, diagnostic et traitement.

Des tumeurs généralement bénignes

Il existe deux types de tumeur de la glande surrénale :

  • Les tumeurs fonctionnelles ou actives : elles produisent des hormones en excès, c’est-à-dire au-delà de ce que les glandes surrénales produisent généralement
  • Les tumeurs non-fonctionnelles qui ne produisent pas d’hormones

La majorité des adénomes surrénaux sont non fonctionnels. Elles ne produisent pas d’hormones, c’est pourquoi, généralement, elles ne causent aucun symptôme. Elles sont souvent découvertes par hasard lors d’examen de l’abdomen (IRM, échographie, TDM). Cependant, certaines tumeurs peuvent devenir fonctionnelles ou actives en sécrétant des hormones en excès. Le type le plus courant de tumeur est l’adénome corticosurrénalien ou adénome bénin, prenant naissance dans le cortex de la glande surrénale. Ce type de tumeur non-cancéreuse doit être distingué du corticosurrénalome malin ou carcinome cortico-surrénalien, tumeur cancéreuse.

En règle générale, les adénomes bénins sont :

  • De petite taille : inférieure à 5 centimètres de diamètre
  • Des tumeurs qui n’occasionnent aucun symptôme
  • Des tumeurs bénignes n’affectant qu’une seule glande dans la plupart des cas
  • Elles ne sécrètent habituellement qu’une seule hormone

Les symptômes

En fonction du type d’hormone libérée, les tumeurs surrénales peuvent provoquer une variété de symptômes tels que :

  • le syndrome de Cushing : appelé aussi hypercorticisme (niveaux anormalement élevés de cortisol), il est provoqué par une libération excessive de cortisol par les adénomes. Les symptômes communs de ce syndrome sont l’obésité du haut du corps, la fatigue, la faiblesse musculaire, maux de dos, glycémie élevée et l’apparition d’ecchymoses
  • le syndrome de Conn : appelé également Hyperaldostéronisme primaire résulte d’une production trop élevée de l’hormone aldostérone, responsable de l’équilibre entre les taux de sodium et de potassium dans le sang. Les symptômes de ce syndrome sont une pression artérielle élevée, la fatigue, des maux de tête, une faiblesse musculaire et des engourdissements
  • également, une quantité excessive d’androgène produite peut entraîner une virilisation avec une augmentation de la pilosité faciale et corporelle, voix devenant plus grave ainsi qu’une musculature davantage développée.

Diagnostic

Les tumeurs bénignes des glandes surrénales sont très souvent découvertes par hasard au cours d’examens de l’abdomen effectués lors de la survenue d’une autre maladie.

En plus d’un examen physique complet et les antécédents médicaux, le médecin pourra également prévoir des tests d’imagerie généralement nécessaires pour bien diagnostiquer un adénome de la glande surrénale, tels que :

  • la tomographie assistée par ordinateur (CT scan)
  • l’imagerie par résonnance magnétique (IRM)
  • et / ou la tomographie par émission de positons (TEP balayage).

Certaines personnes peuvent aussi avoir besoin d’une biopsie de la tumeur pour confirmer le diagnostic. Quant aux tests de laboratoire évaluant les niveaux de certaines hormones dans le sang ou l’urine sont généralement utilisés pour déterminer si l’adénome surrénalien est fonctionnel ou pas.

Traitement

Le traitement des tumeurs dépend de nombreux facteurs comme le fait de bien savoir si oui ou non l’adénome libère en excès des hormones. Dans le cas où le taux d’hormone n’a pas changé, nul besoin de traitement immédiat, car le patient ne présente aucun symptôme. En revanche si l’adénome est trop gros et fabrique des hormones en excès alors un traitement est nécessaire. Dans certains cas, les adénomes surrénaux fonctionnels peuvent être traités avec des médicaments qui bloquent la fonction ou abaissent les niveaux de l’hormone produite en excès. Pour les personnes pouvant subir une chirurgie surrénalienne, l’ablation de la glande surrénale contenant l’adénome est pratiquée.

En conclusion, le suivi médical est très important, depuis le diagnostic jusqu’au traitement des tumeurs, et même après, sur le long terme. Car les tumeurs bénignes des glandes surrénales peuvent récidiver à tout moment.

 

 

 

 

 

Pas de commentaires

Commentaires sont fermés.