Tourisme dentaire : le bon plan ?

De plus en plus de Français franchissent la frontière pour un bridge dentaire, un implant ou une couronne : autant d’interventions mal remboursées en France. Dans les cliniques espagnoles, hongroises, italiennes ou portugaises, ces opérations sont par ailleurs beaucoup moins coûteuses. Par exemple, pour seulement un implant et une extension, il faut compter entre 5.000 et 6.000 € en France. La même intervention coûte environ 4.000 € dans un établissement espagnol – un tarif qui comprend quatre couronnes, quatre extensions et des implants.

Le tourisme dentaire n’est pas un phénomène franco-français

Le tourisme médical en général est un sujet tabou en France. Le phénomène est pourtant courant dans de nombreux autres pays occidentaux. Par exemple, de nombreux Américains, soucieux aussi de faire des économies, vont se faire opérer du cœur en Inde ou au Thaïlande. Certains patients britanniques ont une motivation d’une autre nature : ils partent à l’étranger essentiellement pour éviter les interminables listes d’attente des opérations chirurgicales (y compris pour les interventions urgentes).

Des Français à la recherche de soins moins coûteux

Certaines agences se spécialisent dans le tourisme dentaire, avec des offrent qui s’adressent particulièrement aux patients de l’Hexagone. Elles mettent les Français en relations avec des cliniques hongroises, roumaines, moldaves, portugaises ou encore italiennes.A l’image de Newdentaire, ces établissements disposent d’équipements dernier cri. Elles disposent en outre de personnels qui parlent français.

De nombreux Français trouvent leur compte dans le tourisme dentaire. Comptez par exemple jusqu’à 30 % d’économie en Italie ou en Espagne, et jusqu’à 60 % en Hongrie. Autre illustration : en Hongrie, un implant dentaire complet (avec la couronne) coûte entre 800 et 1.000 euros alors qu’en France, l’intervention coûte environ 2.000 euros.

Un phénomène en hausse

En 2013, il y a 21.000 Français qui ont reçu des soins dentaires à l’étranger, principalement en Hongrie, en Italie, en Espagne ou au Portugal. Les patients prennent l’avion pour les prothèses, qui sont mal remboursées en France, ou pour d’autres implants qui ne sont pas remboursés par l’Assurance maladie.

L’année suivante, le Centre national des soins à l’étranger (CNSE) a reçu près de 24.500 dossiers de soins dentaires à l’étranger. Mais ces soins sont-ils pris en charge par la Sécurité sociale ?

La prise en charge par la Sécurité sociale

Si les soins sont administrés hors de l’Union européenne, il n’y a aucune prise en charge de la Sécurité sociale. Font exception les soins urgents – par exemple, un abcès dentaire qui survient pendant les vacances dans un pays non membre de l’UE.

Se faire soigner dans un autre pays membre de l’UE est vraiment un droit. Le remboursement par la Sécurité sociale se fait exactement au même tarif que si la personne avait été soignée dans son pays d’affiliation.

Seule restriction : les soins en question doivent être pris en charge par l’Assurance maladie du pays d’affiliation. C’est le cas de la couronne, mais pas de l’implant, pour lequel il faudra compter sur votre complémentaire santé.

Pas de commentaires

Commentaires sont fermés.