La psycho-socio-esthétique

La psycho-socio-esthétique

1 Historique

– 1960 : la socio-esthétique naît en Angleterre en oncologie et psychiatrie

– 1962 : première socio-esthéticienne à San Francisco en psychiatrie

– 1964 : une esthéticienne bénévole intervient en psychiatrie à Lyon

– 1973 : l’Association des Esthéticiennes à vocation hospitalière instaure le premier centre de beauté à Lyon

– 1976 : création du CODES à Tours

– 1992 : le Cosmetic Executiv Women met en place des centres de beauté en hôpital

– 2003 : mesure 42 du plan cancer intègre la socio-esthétique dans les soins de support

– 2006/2008 : le Syndicat National des Socio-Esthéticiennes travaille sur une formation visant la professionnalisation de la PSE

– 2008 : deux écoles pilotes de PSE, à Nanterre et Pau

Le syndicat obtient la validation par le ministère de la Santé de la fiche métier de socio-esthéticienne avec reconnaissance de la terminologie « psycho-socio-esthétique », en tant que autre appellation de la socio-esthétique

– 2011 : appellation du SNSE en SNPSE Syndicat National des Professionnels en Socio-Esthétique

– 2012 : ANPSE, Association Nationale des Psycho-Socio-Esthéticiens(nes) par des professionnels en psycho-socio-esthétique, http://www.anpse.fr/

2 Le métier

 « La santé se définit comme étant un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d´infirmité » – (OMS-1946)

C’est la revalorisation de l’image de soi par le médiateur corporel qu’est le soin esthétique.

Il se réalise en soin individuel ou en groupe dans le cadre de soins transdisciplinaires.

La PSE applique le soin relationnel, accueille la parole avec bienveillance et empathie pour une relation de confiance et de communication dans l’approche globale du patient.

La douleur, la maladie, l’exclusion, l’enfermement génèrent une dégradation de l’estime de soi, le rejet de certaines parties du corps, un sentiment d’abandon, de solitude : un vécu de dépersonnalisation.

Les besoins bio-psycho-socio-esthétiques sont identifiés par une analyse systémique, dans une démarche de soins pluri-objectifs, transversale à visée thérapeutique, en interface avec les divers professionnels du soin.

La PSE demande le CAP esthétique ainsi qu’une formation spécialisante en psycho-socio-esthétique.

C’est un métier reconnu dans la Fonction publique hospitalière et fait partie de la famille du soin (code métier 05R20, code ROME 11133) – http://www.metiers-fonctionpubliquehospitaliere.sante.gouv.fr/spip.php?page=fiche-metier&idmet=20 « … Autres appellations : Psycho-socio esthéticien(ne) Prérequis : et formation de niveau BTS psycho-socio-esthétique (première session : fin 2008)… ».

La PSE est fondée sur l’ouvrage de Didier Anzieu, Le Moi-peau

Pas de commentaires

Commentaires sont fermés.