Comment agissent les inhalateurs pour traiter l’asthme ?

L’asthme est une maladie chronique qui touche les voies respiratoires. La plupart du temps, le traitement implique l’inhalation sachant qu’il existe alors différents appareils et techniques qui peuvent être utilisés. Certains critères sont alors pris en compte pour définir le mieux adapté d’entre eux à savoir l’âge du patient, la gravité de la maladie, mais également les préférences et exigences du malade. Mais comment agissent les inhalateurs pour traiter l’asthme ?

 L’asthme

L’asthme est une maladie des voies respiratoires qui est généralement chronique. Ce qui implique un traitement régulier, pas seulement lorsque des crises surviennent. Dans tous les cas, il faut savoir que la médication ne permet pas de guérir de cette pathologie, mais contribue grandement à mieux vivre avec. L’objectif est de faciliter la respiration du patient en agissant à deux niveaux. D’un côté, les bronches sont dilatées. D’un autre, l’inflammation est atténuée. Bien souvent, le traitement se fait par inhalation, dans un souci de rapidité d’action tout en minimisant les effets secondaires. Il existe alors différents médicaments qui peuvent être utilisés, sachant que l’achat de Ventoline sans ordonnance est interdit en France.

 Comment agissent les inhalateurs dans le traitement de l’asthme ?

L’inhalateur est le dispositif le plus couramment utilisé dans le cadre du traitement de l’asthme. Grâce à ce système, il est possible de cibler directement les poumons, pour une action plus rapide tout en limitant les effets indésirables en comparaison avec un traitement per os qui implique une action sur l’ensemble de l’organisme. Mais pour une efficacité optimale des produits ainsi administrés, il est indispensable de savoir bien utiliser les inhalateurs.

 La bonne technique d’inhalation

De prime abord, on pourrait croire que faire appel à un inhalateur est d’une facilité enfantine. Néanmoins, il faut une certaine technique pour optimiser l’efficacité du traitement. Il faut notamment distinguer les différents types d’inhalateurs entre eux sachant que chacun est associé à un mode d’emploi bien particulier. En cas de doute, il est d’ailleurs vivement recommandé de demander avis et conseils auprès d’un professionnel de la santé, pharmacien, voire médecin.

– Aérosol doseur : pour cet inhalateur, il est recommandé de secouer énergiquement l’aérosol tout en le maintenant verticalement. Il faut ensuite vider les poumons en expirant avant d’inspirer en douceur et en profondeur par la bouche tout en actionnant l’inhalateur en même temps que la première inspiration. Il faut ensuite retenir la respiration et faire une pause d’une dizaine de secondes avant d’expirer de nouveau, toujours en douceur.

– Inhalateur de poudre sèche : ce dispositif est assez facile d’utilisation dans la mesure où il n’est pas nécessaire de synchroniser l’inspiration et l’actionnement. Néanmoins, il est nécessaire de réaliser une série saccadée d’inspirations suivies d’un blocage de 10 secondes de la respiration puis d’une expiration hors de l’inhalateur.

–  Chambre d’inhalation : cet équipement est associé avec un aérosol doseur et il se destine aux jeunes patients âgés de moins de 8 ans et aux seniors. Chez les plus jeunes, l’usage d’un masque facial est nécessaire, celui-ci étant gardé au niveau du visage tout en réalisant une série de six à dix respirations douces.

–  Nébuliseur : cet appareil qui possède l’apparence d’une chambre d’inhalation est équipé d’un moteur permettant de diffuser du liquide en fines gouttes. C’est un dispositif qui s’utilise pour faire face aux crises sévères ou chez les nourrissons. Dans tous les cas, une respiration douce et régulière est nécessaire. Elle se fait durant une dizaine de minutes via le masque ou l’embout qui accompagne le nébuliseur.

Pas de commentaires

Commentaires sont fermés.